Libre échange commercial entre l’Europe et le Canada

Libre échange commercial entre l'Europe et le Canada

Libre échange commercial entre l’Europe et le Canada

Le 30 Octobre, l’UE et le Canada signent un accord commercial, connu comme l’Accord économique et commercial global (AECG)

Cet accord va créer des emplois et de la croissance en stimulant le commerce et le renforcement des relations économiques. la nature progressive de l’AECG établira une nouvelle norme mondiale pour les chapitres de développement durable dans les accords commerciaux. Il fera des affaires avec le Canada plus facile, de supprimer les droits de douane, d’améliorer sensiblement l’accès aux marchés publics, ouvrir de nouveaux secteurs du marché canadien des services, offrir des conditions prévisibles pour les investisseurs, et de protéger les indications géographiques. Les sociétés de plusieurs secteurs bénéficieront également des gains provenant de l’élimination des doubles tests, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME).

Avec AECG, l’UE et le Canada se sont engagés à veiller à ce que la croissance économique, le développement social et protection de l’environnement se renforcent mutuellement.


tarifs de coupe une valeur de plus de 500 millions € par an au profit de grandes et petites entreprises

AECG apportera des avantages tangibles aux entreprises européennes en se débarrassant de 99% des droits de douane, dans la plupart des cas, dès que l’accord entre en vigueur. Dès le premier jour de sa mise en œuvre, le Canada éliminera les droits d’une valeur de 400 millions € pour les marchandises originaires de l’UE. A la fin des périodes transitoires pour devoir éliminer, ce chiffre passera à plus de 500 millions € par an.


Grand choix pour 500 millions de consommateurs de l’UE, tout en maintenant des normes de qualité actuelles

L’ouverture des marchés a également le potentiel de maintenir les prix vers le bas et offrir aux consommateurs un plus grand choix. Dans le même temps, le libre-échange ne signifie pas l’abaissement ou la modification des normes européennes qui protègent la santé et la sécurité des personnes, les droits sociaux, leurs droits en tant que consommateurs et l’environnement.Ces normes resteront intacts, et les importations en provenance du Canada devront satisfaire toutes les règles de produits de l’UE et des règlements – sans exception. Cela signifie que l’AECG ne changera pas la façon dont l’UE réglemente la salubrité des aliments, y compris sur les produits contenant des OGM ou l’interdiction sur le boeuf traité aux hormones.


L’ouverture du marché canadien des services et encourager les investissements

AECG est de loin l’accord la plus ambitieuse jamais conclu par l’UE dans le domaine des services et de l’investissement. Les entreprises européennes auront de nouveaux avantages en ce qui concerne l’obtention des projets d’investissement approuvés au Canada. Les entreprises européennes auront également plus de possibilités de fournir des services, par exemple, les services maritimes spécialisés comme le dragage, le déplacement des conteneurs vides, ou d’expédition certaines marchandises au Canada. Dans d’autres secteurs de services, tels que les services environnementaux, des télécommunications et de la finance, l’accès au marché est assurée, tant au niveau fédéral et – pour la première fois – niveau provincial. Dans AECG – comme dans tous ses accords commerciaux – l’UE protège pleinement les services publics.


La reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles

L’accord prévoit un cadre d’approuver la reconnaissance des qualifications dans les professions réglementées telles que les architectes, les comptables et les ingénieurs. Les organisations professionnelles concernées dans l’UE et le Canada devront travailler conjointement les détails techniques de reconnaissance de leurs qualifications respectives sur la base du cadre. Les autorités compétentes au Canada et l’UE seront ensuite approuver leur travail et lui donner un effet juridique.


Moins de restrictions sur le déplacement à travers l’Atlantique pour le travail temporaire

CETA sera plus facile pour le personnel de l’entreprise et d’autres professionnels de travailler de l’autre côté de l’Atlantique, et pour les entreprises de se déplacer temporairement du personnel entre l’UE et le Canada. Cela aidera les entreprises européennes gèrent leurs activités au Canada. Il sera également plus facile pour les autres professionnels de fournir temporairement les services juridiques, comptables, d’architecture ou similaires.


Rendre les entreprises européennes plus compétitives sur le marché canadien

AECG rendre les entreprises européennes plus compétitives sur le marché canadien en le rendant plus facile pour eux de fournir un service après-vente. Cela aidera les entreprises de l’UE d’exporter du matériel, des machines et des logiciels en leur permettant d’envoyer des ingénieurs de maintenance et d’autres spécialistes pour fournir après-vente et des services connexes et de soutien.


Donner les entreprises européennes un accès sans précédent aux appels d’offres du gouvernement

Le Canada a ouvert ses appels d’offres du gouvernement aux entreprises européennes une plus grande mesure que de l’un de ses autres partenaires commerciaux. entreprises de l’UE seront en mesure de soumissionner pour fournir des biens et services non seulement au niveau fédéral, mais aussi aux provinces et aux municipalités canadiennes – les premières entreprises non-canadiennes pour être en mesure de le faire. marché de l’approvisionnement provincial du Canada est estimé à doubler la taille de son équivalent fédéral. Le Canada a également convenu de renforcer la transparence en publiant tous ses appels d’offres publics dans un site Web d’achat unique. L’accès à l’information est l’un des plus grands obstacles pour les petites entreprises à accéder aux marchés internationaux, alors ce sera une aubaine pour les petites entreprises en Europe.


les coûts des entreprises de coupe sans couper les coins sur les normes

UE et le Canada ont convenu d’accepter évaluation de la conformité des certificats de l’autre dans des domaines tels que les produits électriques, les équipements électroniques et de la radio, les jouets, les machines ou appareils de mesure. Cela signifie que, dans certaines circonstances, un organisme d’évaluation de la conformité dans l’UE peut tester les produits de l’UE pour l’exportation au Canada selon les règles canadiennes et vice versa. Cela permettra d’éviter les deux côtés faisant le même test et pourrait réduire considérablement les coûts pour les entreprises et les consommateurs. Ceci est particulièrement avantageux pour les petites entreprises pour qui payer deux fois pour le même test peut être prohibitif.


Un système réformé de protection des investissements

AECG assure la protection des investissements tout en consacrant le droit des gouvernements à réglementer dans l’intérêt public, y compris lorsque ces règlements touchent un investissement étranger. La forme traditionnelle de règlement des différends investisseur-État qui existe dans de nombreux accords commerciaux négociés par les États membres (appelés ISDS) a été remplacé par un nouveau et amélioré Investissement système judiciaire (ICS).

Le nouveau mécanisme sera une publique – et non sur la base de tribunaux ad hoc. Il aura des juges professionnels et indépendants nommés par l’UE et le Canada et détenus aux normes éthiques les plus élevées grâce à un code de conduite strict. Ses procédures seront transparentes, y compris en ouvrant les audiences et la publication de documents présentés lors de cas. Les dispositions d’investissement affiner les cas où un investisseur peut contester un État, et se permettre aucune protection pour soi-disant coquille ou boîte aux lettres entreprises – seules les entreprises ayant un lien économique réel sont éligibles. En aucun cas , une entité publique peut être contraint de modifier un projet de loi ou de payer desdommages – intérêts punitifs.

L’ICS réformée est une nouvelle fonctionnalité d’accords commerciaux, et le débat public pertinent est pas finalisé dans de nombreux États membres. Par conséquent, le choix des États membres, soutenu par la Commission, est que ICS seront hors de la portée de l’application provisoire de l’AECG, ce qui signifie qu’il ne sera mis en œuvre une fois que tous les États membres concluent leurs procédures nationales de ratification. Pendant ce temps, comme prévu dans l’accord, la Commission travaillera avec le Canada pour préciser certains paramètres du nouveau système, comme la sélection des juges, l’accès des petites et moyennes entreprises au nouveau système et le mécanisme d’appel.


De nouvelles opportunités pour les agriculteurs et les producteurs de denrées alimentaires tout en protégeant soi-disant «indications géographiques» de l’Europe

CETA va créer de nouvelles opportunités pour les agriculteurs et les producteurs de denrées alimentaires, tout en protégeant pleinement les sensibilités de l’UE. Les ouvertures de l’UE sur certains produits sont limités et étalonnés et sont compensées par des ouvertures canadiennes qui satisfont les intérêts importants exportateurs européens, comme le fromage, le vin et les spiritueux, fruits et légumes, produits transformés et des indications géographiques. Toutes les importations en provenance du Canada doivent satisfaire à des règles et des règlements de l’UE. Par exemple, la viande seulement sans hormones sera jamais importé dans l’UE.

AECG est également une étape importante pour de nombreuses entreprises moyennes et petites dans les communautés rurales le commerce des produits agricoles. Ils vont maintenant bénéficier du Canada a accepté de protéger 143 produits distinctifs des régions géographiques spécifiques dans l’UE. Les produits qui seront protégés dans l’AECG sont les produits les plus exportés de l’UE d’aliments et de boissons allant de fromage de Roquefort, au vinaigre balsamique de Modène et néerlandais Gouda. produits européens seront protégés contre les imitations à un niveau comparable à la législation européenne et permettra d’éviter le risque d’être considéré comme générique au Canada.


les innovateurs et les artistes de l’Europe Protéger

CETA va créer une plus grande égalité de niveau entre le Canada et l’UE dans le domaine des droits de propriété intellectuelle (DPI). Par exemple, elle permettra de renforcer la protection des droits d’auteur en alignant les règles canadiennes avec celles de l’UE sur la protection des mesures techniques et de la gestion des droits numériques. Il permettra également d’améliorer la façon dont le système de DPI du Canada protège les brevets pour les produits pharmaceutiques de l’UE. Il permettra également de renforcer l’application en prévoyant la possibilité de mesures provisoires et les injonctions pour les intermédiaires impliqués dans des activités contrefaisantes. Le Canada a également décidé de renforcer ses mesures à la frontière contre les marchandises de marque contrefaites, de marchandises pirates et de contrefaçon produits d’indication géographique.


Protéger les droits des personnes au travail et l’environnement

En AECG l’UE et le Canada affirment leur engagement envers le développement durable. Les deux conviennent que plus le commerce et l’investissement devraient davantage la protection et les droits des travailleurs de l’environnement – et ne pas être à leurs dépens. L’UE et le Canada se sont engagés à AECG aider à faire en sorte que la croissance économique, le développement social et protection de l’environnement se renforcent mutuellement. AECG intègre les obligations de l’UE et du Canada à des règles internationales relatives aux droits des travailleurs et la protection de l’environnement et le climat. AECG donne un rôle important à l’Union européenne et de la société civile canadienne à participer à la mise en œuvre des engagements dans ces domaines dans l’AECG. AECG met également en place un processus de règlement des différends, y compris les consultations gouvernementales et un groupe d’experts.


Joint Instrument interprétatif

En collaboration avec l’ AECG, l’UE et le Canada ont signé un Instrument interprétative commune , un document qui aura force de loi et qui précisera encore, d’une manière claire et sans ambiguïté, ce que le Canada et l’Union européenne ont convenu d’un certain nombre d’articles AECG (comme sur le nouveau système de Cour d’investissement, sur le droit de réglementer, sur les services publics ou sur le travail et protection de l’ environnement).


Contexte et prochaines étapes

Après la signature, le Parlement européen doit donner son consentement à l’AECG pour qu’il puisse entrer en vigueur provisoirement. L’application provisoire, une fois qu’un accord a été approuvé par les États membres au sein du Conseil et par le Parlement européen, permet aux entreprises et aux consommateurs européens de bénéficier des avantages de l’accord dès le début, pour les domaines qui relèvent de l’UE compétence exclusive ou partagée.

Libre échange commercial entre l’Europe et le Canada: en savoir plus